12 déc 2009

Socio – résumé et biblio cours 6

Posted by samuel

La controverse autour du rôle social de l’école

 

Introduction

 

- Le rôle social de l’école

- L’école est-elle réellement en mesure d’influencer les processus sociaux ? N’est-elle pas au contraire prise dans des logiques plus vastes qui en limitent l’autonomie ?

- Mise en garde vis-à-vis du risque biographique.

 

I . Le système scolaire est-il autonome ?

 

A . L’école comme vecteur de « reproduction ». (Les héritiers, 1964)

- Une enquête sur les caractéristiques des étudiants dans l’enseignement supérieur, en particulier ceux en Faculté de Lettres.

- Les 4 classes sociales et leur représentation dans le supérieur

- Des logiques de choix différentes : entre refuge et relégation.

- L’influence du milieu et son appréciation cachée par l’école.

B . Habitus et violence symbolique. (La reproduction, 1970)

- Définition de l’habitus

- Le pouvoir de violence symbolique

- L’arbitraire culturel et sa légitimation par une autorité pédagogique

- La nécessite de l’habitus pour faire perdurer le système d’enseignement institutionnalisé

- Habitus individuel et habitus de classe

 

II . La place du déterminisme.

 

A . Boudon et le choix rationnel des acteurs. (L’inégalité des chances, 1973)

- Une reprise des données statistiques de B&P en dehors de toute analyse déterministe.

- Le fonctionnement d’une société est le résultat de l’agrégation des décisions et des actes quotidiens d’individus rationnels.

- L’habitus n’existe pas

- L’exemple de l’orientation scolaire différenciée en fonction des classes sociales : l’absence de démocratisation n’est donc qu’un effet pervers des décisions individuelles.

B . Un exemple de parcours scolaire erratique : Daniel Pennac. (Chagrin d’école, 2007)

- La mise en valeur d’une scolarité erratique

- L’action de professeurs bienveillants comme réel facteur de détermination.

- L’oubli des conditions sociales favorables de son environnement familial.

- «  Enfant de bourgeoisie d’Etat, issu d’une famille aimante, sans conflit, entouré d’adultes responsables qui m’aidaient à faire mes devoirs… Père polytechnicien, mère au foyer, pas de divorce, pas d’alcooliques, pas de caractériels, pas de tares héréditaires, trois frères bacheliers (des matheux, bientôt deux ingénieurs et un officier), rythme familial régulier, nourriture saine, bibliothèque à la maison, culture ambiante conforme au milieu de l’époque (…). Et pourtant, un cancre. » p. 23

C . La question de la place de l’enseignant.

- Quelle influence réelle pour les enseignants ?

- Quel impact pour l’égalité des chances et la discrimination positive si les conditions extérieures ne changent pas ?

- Comment faire pour substituer au déterminisme de l’habitus sans passer par l’institution scolaire

- Cas de dispositifs récents : les clubs « coup de pouce Club de Lecture Écriture », créés par Gerard Chauveau et mis en place par l’APFEE (Association Pour Favoriser l’Égalité des chances à l’École)

 

Conclusion

 

Bibliographie :

 

*** BOURDIEU, Pierre, PASSERON, Jean-Claude, Les héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Les éditions de Minuit, 1964. [en particulier le 1er chapitre]

BOURDIEU, Pierre, PASSERON, Jean-Claude, La reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Les éditions de minuit, 1970.

BOUDON, Raymond, L’inégalité des chances, Paris, Armand Colin, 1973.

PENNAC, Daniel, Chagrin d’école, Gallimard, coll. « Blanche », 2007.

APFEE, « Coup de pouce clé », sur le site : http://www.coupdepoucecle.fr/page/dispositif-definition.p21.html

 

 

* : à lire en priorité

Leave a Reply

Message: