I. C. L’interactionnisme comme dépassement

I. C. L’interactionnisme comme dépassement

C . Linteractionnisme comme dépassement

(Séance 5 – 02.11.10)

 

Introduction

 

I . L’interactionnisme symbolique.

 

          a . Postulats (Goffman)

-   L’individu et la société ne sont pas des donnés.

-   Le besoin de « rites d’interactions »

-   La vie sociale est un vaste théâtre où il s’agit de ne pas perdre la face

          b . L’enfant et ses interactions (Mead, L’esprit, le soi et la société).

-   Le phénomène du jeu et l’appréhension des rôles sociaux.

-   Autrui signifiant / autrui généralisé

-   La socialisation comme évolution s’achevant avec l’appropriation de l’ »esprit » de la société

          c . Socialisation primaire et socialisation secondaire ( Berger & Luckmann, La construction sociale de la réalité)

-   La socialisation comme processus d’immersion des individus dans un monde vécu.

-   De la socialisatio primaire à la socialisation secondaire.

-   La notion de « choc biographique »

 

II . La socialisation s’arrête-t-elle avec l’enfance ?

 

          a . Le contact inter-générationnel (Simmel, « Comment les formes sociales se maintiennent)

-   Les générations ne se succèdent pas mais s’entrecroisent.

-   Elles sont en situation d’action-réaction les unes par rapport aux autres.

-   La socialisation du côté du transmetteur et le cas des enseignants.

          b . La place de l’école.

-   Les 3 moments sociaux de la vie de l’individu : famille, école, société.

-   L’école comme lieu de socialisation central.

-   Les 3 logiques à l’oeuvre à l’école :  transmission, organisation, orientation (Dubet, Les lycéens).

-   La notion de « curriculum caché » (Philip Jackson, Life in classrooms)

          c . L’interactionnisme comme modèle de réconciliation et d’intégration

-   L’absence d’opposition fondamentale avec le fonctionnalisme et l’individualisme.

-    Une réalité commune et la reconnaissance de la validité de leurs travaux.

-   Un déplacement de perspective.

 

Conclusion de la séance

 

Bibliographie de la séance (*** = à lire en priorité)

 

BERGER, Peter, LUCKMANN, Thomas, La construction sociale de la réalité, Paris, Armand Colin, coll. « Références », 1997 (1966 pour l’édition originales américaine)

*** BOLLIET, Dominique, SCHMITT, Jean-Pierre, La socialisation, Paris, Bréal, coll. « Thèmes & débats », 2008.

DUBET, François, Les lycéens, Paris, Seuil, 1991.

GOFFMAN, Erving, Les rites d’interaction, Paris, Minuit, coll. « Le sens commun », 1974 (1967 pour l’édition originale américaine).

JACKSON, Philip, Life in classrooms, New York, Teachers College Press, 1968.

LE BRETON, David, L’interactionnisme symbolique, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2004.

MEAD, Georges Herbert,  »Le soi », in L’esprit, le soi et la société, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2006(1934 pour l’édition originale américaine).

*** SIMMEL, Georg, « Comment les formes sociales se maintiennent », in Sociologie et épistémologie, Paris, PUF, 1991 (1897 pour l’édition originale allemande). [Disponible sur http://www.ac-nancy-metz.fr/enseign/philo/textesph/simmel_formes_sociales.pdf ]